les crayons de Mado

les crayons de Mado

Fixatif et vernis : mes expérimentations


Fixatif et vernis: mes expérimentations

 

Il n'est pas obligatoire de fixer les dessins aux crayons de couleur.

 

Cependant, le fixatif empêche la formation de « wax bloom » quand on utilise des crayons à base de cire comme les Prismacolor par exemple. Le « wax bloom », terme difficile à traduire, est en fait en remontée de cire grisâtre à la surface du dessin, notamment dans les endroits où l'on a appuyé fortement avec une couleur sombre. Pour l'ôter, il suffit d'essuyer doucement la surface avec un chiffon propre et de passer quelques couches de fixatif. Le problème sera résolu.

 

Avec des crayons à base d'huile, comme les Polychromos de Faber Castel, il n'y a pas de « wax bloom ».

 

Pourquoi utiliser un fixatif dans ce cas ?

 

Je l'utilise pour deux raisons :

 

 

1) Pour une meilleure conservation dans le temps : En effet, j'ai choisi un fixatif anti-UV (voir ci-dessous) qui protège le pigment des agressions de la lumière. Je n'ai pas remarqué de changement de couleurs dû à l'utilisation de ce fixatif. Je passe plusieurs couches fines du produit (3 à 4) en laissant un temps de séchage de 15 minutes entre chaque couche.

 

 

Attention : Ne pas utiliser de fixatif sur du Pastelmat sombre et en règle générale sur un support foncé, cela assombrit les couleurs !

 

2) Si je désire vernir le dessin ultérieurement : un dessin aux CC peut être vernis sans aucun problème .Le vernis que j'utilise est aussi anti UV. Vernir un dessin n'est certes pas une obligation mais ceci donne un rendu un peu différent au dessin, un aspect peinture. C'est aussi une barrière contre les taches, la lumière, les rayures, l'eau, bref, une bonne protection.

Il existe plusieurs sortes de vernis, celui que j'utilise doit être coupé avec un peu d'eau et appliqué au pinceau. Il faut choisir une brosse de qualité qui ne perd pas de poils. Il faut attendre environ 6 heures entre chaque couche (2 à 4).

Si on désire vernir son dessin, l'emploi de fixatif avant vernissage est alors impératif, sinon les pigments vont migrer et salir le dessin.

 

 

 

L'envie m'est venue de réaliser des essais de vernis en voyant comment certains artistes, surtout américains, comme Ester Roi ou Virginia Caroll par exemple, arrivent à montrer leurs œuvres sans vitre protectrice, en contre collant le papier sur une surface rigide. Le dessin a alors réellement l'aspect d'une peinture. Malheureusement, je n'ai pas trouvé en France tous les produits que Virginia m'a aimablement indiqués. En ce qui concerne le fixatif et le vernis, les produits cités plus haut ont très bien joué leur rôle. J'ai plus de difficulté à trouver un support rigide pour contre coller.

 

Voici deux essais réalisés sur des dessins de petit format :

 

 

 

Dans ce premier exemple,un dessin de 21 x 14 cm, le papier est collé sur du carton bois de 3mm.

Le carton bois, facile à découper, ne convient hélas pas : il est trop souple et, la colle (une colle blanche, sans solvant, pour l'encadrement : marque be25) ayant du « tirant », l'ensemble ne reste pas plane et à tendance à s'incurver. (Il faudrait pour y remédier, enduire de colle le verso du carton bois.). De plus, les coins s'abiment.

 

 

 

Dans ce second exemple, le dessin est plus grand ( 22 x 29 cm) tout en restant de petite dimension. J'ai fait découper un morceau de contreplaqué de 1 cm d'épaisseur. Le support reste parfaitement plane et rigide. Cependant, la tranche n'est pas belle à regarder : défauts, trous dans le bois.

 

 

 

 

De plus, en appliquant la colle au verso du dessin, le papier s'est mis à roulotter ! Heureusement le format était petit, sinon, j'aurais eu toutes les peines du monde à appliquer le papier sur le contreplaqué. Une fois ceci fait, des bulles d'air sont apparues ! J'ai posé une feuille de papier propre sur le dessin et à l'aide d'un petit rouleau j'ai appuyé sur toute la surface. Certaines bulles ont disparu mais pas toutes ! J'ai laissé le tout reposer une nuit à l'envers sous une pile de livres et le lendemain, le papier était parfaitement tendu. Avec un cutter, j'ai juste découpé proprement le long des bords. Le papier est depuis resté très tendu et l'ensemble est solide.

 

 

Donc : Carton bois, non, trop souple. Contreplaqué, oui, mais...Il faut trouver une bonne qualité pour que les côtés soient propres. C'est bon marché et facile à trouver et à faire découper à la dimension choisie.

Pour que la surface soit bien propre et pour éviter d'éventuelles remontées qui pourraient tacher le dessin, je l'ai enduit de gesso avant le collage.

 

 

Reste cette autre solution : la plaque de Tintoretto. (voir photo)

Avantage : c'est solide, plane, les bords sont propres. Inconvénient : c'est cher !

J'en ai acheté une de 50 x 40 cm pensant y contre coller « Jo's bar ».Je l'ai enduite de gesso également.

 

 

 

 

Maintenant, impossible d'imaginer enduire ce dessin assez grand (50 x 40 cm) avec une colle qui va le faire roulotter. Il va donc falloir trouver une alternative à la colle ! Je songe à un adhésif double face, mais encore faut-il en trouver de la bonne dimension et s'entraîner à coller un dessin avec.

 

A suivre …

 

Si vous avez des questions ou des expériences personnelles en la matière, n'hésitez pas à laisser un commentaire.

 

 

 


17/04/2012
18 Poster un commentaire