les crayons de Mado

les crayons de Mado

La composition : quelques règles simples


La composition : quelques règles simples

Tout savoir sur le crayon de couleur sans rien débourser ?

C'est possible ! Ici :http://crayonsdecouleurlemag.jimdo.com/le-numéro-actuel/

 

 

Un dessin, même très abouti techniquement, peut facilement être gâché par une absence de composition. Ce que l'on entend généralement par composition, c'est la structure, l'organisation des formes, des valeurs et des couleurs dans un espace donné nommé « plan du tableau ». Peu importe le sujet du tableau, nature morte, portrait, paysage et même abstraction pure, si l'œil du spectateur n'est pas guidé par une structure sous-jacente, l'ensemble paraîtra anecdotique et sans impact.
Il ne s'agit pas ici de fournir une étude exhaustive des règles de la composition, mais plutôt d'en présenter les bases, afin d'éviter les erreurs les plus communes.



Règle 1 : Quand vous commencez à dessiner votre sujet, vous avez tout intérêt à le placer dans un cadre fermé bien défini (carré ou rectangle), puisque toutes les formes contenues dans votre dessin seront en relation avec cet espace : le "plan du tableau" . Cela paraît peut-être évident, mais il arrive que l'on commence à dessiner son sujet n'importe où, pour finir par se trouver embarrassé quand il faut définir les frontières du cadre. Si vous avez l'intention d'encadrer votre travail par la suite, il est souhaitable que la surface s'inscrive dans le format de cadre le plus courant.



Règle 2 : Il est préférable de séparer votre surface en parts inégales, c'est moins statique et plus agréable à l'oeil. Les images ci-dessous le montrent schématiquement :

 

 

Vous pourrez vous amuser à en trouver de nombreux exemples dans les oeuvres des maîtres, comme ici : ligne d'horizon dans le tiers inférieur:

ou encore ici : ligne d'horizon dans le tiers supérieur :

avec une nature morte, cela fonctionne aussi :

 

Règle 3 : Choisissez un élément de votre dessin qui deviendra le "centre d'intérêt" : c'est l'élément que vous voulez faire remarquer, vous devez attirer l'attention de l'observateur sur lui.
Évitez de placer cet élément en plein milieu de votre tableau.

Généralement, la règle des tiers fonctionne assez bien.
Divisez votre plan en tiers, horizontalement puis verticalement : les 4 points où les lignes se coupent sont de bons endroits pour placer votre centre d'intérêt. On les appelle parfois "points chauds":

 

 

 

Il est possible de mettre en relief ce centre d'intérêt de différentes façons (que vous n'êtes pas obligé de toutes utiliser en même temps).

a) En l'isolant :

Parce qu'elle est seule au dessus du tas de fruits, et placée sur un point chaud du tableau (règle des tiers), c'est cette fleur blanche qui sera vue en premier



Adrian Coorte, fraises, 1705


b)En le différenciant par la couleur et/ou la valeur.

L' endroit où le contraste est le plus fort attire l'œil en premier : la chemise blanche du personnage est un véritable aimant pour le regard :

c) En l'accentuant par la taille et/ou la forme :





d) Par un guidage visuel apporté par des lignes convergentes, qui invitent à entrer dans le tableau et guident l'oeil vers le centre d'intérêt : drapés, éléments de paysage, objets...

Règle 4 : Donnez à votre composition une ossature invisible mais perceptible dans le tableau.
Il en existe de nombreuses, certaines peuvent être assez compliquées.
En voici quatre assez simples, que vous pourrez utiliser facilement :

L'ossature en L :


Alfred Sisley (1839/1899)
Inondation à Port Marly,1876

L'ossature en S :


Eugène Boudin (1824/1898)
L'île Lacroix, 1895.

La diagonale:

Georges Seurat (1859/1891)
Port en Bessin, 1895

Le triangle :




Jean-Baptiste Siméon Chardin (1699/1779)
Menu de maigre et ustensiles de cuisine,1731.

Il en existe d'autres : en O, en U …..
Vous pourrez vous amuser à les retrouver et à en chercher d'autres en visitant des expositions ou des musées.




 


19/03/2012
0 Poster un commentaire